| SPANISHSKY.DK 27 MAI |

Leur combat contre le fascisme de 1933 à 1945

Comme beaucoup d’autres communistes néerlandais, les quatre frères Kloostra et trois de leurs beaux-frères furent victimes d’une opération anticommuniste. Elle commença en janvier 1923 et se poursuivit sur ordre du maire après la reddition des Pays-Bas en mai 1940. L’opération de 1923 faisait partie des activités du service de renseignement de la police secrète néerlandaise qui débutèrent fin 1917.

Partie 3.2: La famille Kloostra et le beau-frère: Johan (Jo) Kloostra

 
Quinze membres de la famille Kloostra et leur beau-frère ont été impliqués dans la lutte contre le fascisme pendant la guerre d’ Espagne et pendant la Seconde Guerre mondiale. Quatre dont été tués.

Par Mario Kloostra et Rudi Harthoorn/Édition de traduction par Françoise Bertrand

Trois frères Kloostra dans la guerre civile d'Espagne: Henk, Johan and Arie Kloostra –De l'exposition dans la forêt de La Fatarella, dévoilée en novembre 2018

Trois frères Kloostra dans la guerre Civile d’Espagne: Henk, Johan and Arie Kloostra

Johan (Jo) Kloostra

Johan (Jo) Kloostra

Johan Kloostra est né à Rotterdam le 29 mars 1916. Johan grandit dans une famille de 12 enfants. Toute la famille était communiste et tous devinrent  antifascistes. Il était dessinateur industriel. Son surnom était “Jo”. Dans les années trente, il se tenait souvent sur une caisse orange au centre de La Haye et faisait des discours contre le fascisme. Il aidait des réfugiés juifs et communistes à traverser la frontière germano-néerlandaise et les amenait dans des cachettes sûres pour empêcher la police néerlandaise de les attraper et de les renvoyer en Allemagne. 

Guerre Civile Espagnole

Avec son frère Henk et son beau-frère Leen Triep, Johan (Jo) Kloostra partit pour l’Espagne le 4 avril 1937 pour rejoindre les Brigades internationales en tant que volontaire.

Johan (Jo) Kloostra (avec casquette) au front de la guerre Civile Espagnole

Johan (avec casquette) au front de la guerre Civile Espagnole

Camp d’internement en France

Après la fin de la guerre et la dissolution des brigades, il fut interné en 1938 dans un campement clôturé de barbelés sur la plage près d’Argelès sur Mer, dans le sud de la France.

Il y avait environ 74000 réfugiés dans ce camp: des Espagnols et des volontaires étrangers des Brigades internationales. La situation dans le camp était si mauvaise qu’on aurait pu le qualifier de camp de concentration: beaucoup oururent de faim et des conditions de vie, d’hébergement et d’hygiène déplorables. Bientôt, Jo put quitter le camp et arriva aux Pays-Bas en mars 1939. Là, il fut déchu de sa nationalité néerlandaise.

Monument commémoratif des personnes internées au camp d'internement d'Argelès pendant la 'retirada' (retraite)

Monument commémoratif, camp d’internement d’ArgelèsAbedia

Bientôt, Jo put quitter le camp et arriva aux Pays-Bas en mars 1939. Là, il fut déchu de sa nationalité néerlandaise (voir Partie 3.1: La famille Kloostra et le beau-frère: Arie Kloostra).

Résistance néerlandaise

Immédiatement après l’occupation allemande des Pays-Bas en mai 1940, il rejoignit la résistance communiste à La Haye. Avec son frère Arie et son beau-frère, il rejoignit un groupe qui, dès le début, prit les armes et se mit à saboter des véhicules et des câbles téléphoniques.

Leendert (Leen) Johannes Triep

Leen Triep

Arie Kloostra

Arie Kloostra

Plus tard, Jo participa à la fabrication de tickets de rationnement et de papiers d’identité. Jo utilisait le nom de code “Wim”. Le 24 décembre 1941, il épousa Dina van Rijsdam.

Jaap Boekman
Jacob (Jaap) Boekman

Jacob (Jaap) Boekman

Tjerk Koostra

Tjerk Koostra

À l’automne 1942, il était le courrier entre son frère Tjerk Kloostra et Jaap Boekman, le nouveau chef de la résistance communiste à La Haye. Boekman fut arrêté par les services de renseignement de la police le 21 décembre 1942 après avoir été attiré dans un piège par Van Soolingen (voir Partie 2: La lutte contre le communisme). Boekman, même cruellement torturé, garda le silence, mais un codétenu de sa cellule l’incita à parler de ses expériences dans la résistance. Ce codétenu était un informateur.

Arrêté

C’est ainsi que les services de sécurité obtinrent nombre d’informations sur la résistance communiste et qu’un grand nombre de communistes résistants purent être arrêtés. Jo fut aussi arrêté le 10 mars 1943 et son beau-frère Willy Donderwinkel le 17 février 1943. Jo fut incarcéré à La Haye (dans le «Oranjehotel») et à Utrecht.

Prison de Scheveningen à La Haye, surnommée «Oranjehotel» ('L'hôtel Orange')

Prison de Scheveningen à La Haye, surnommée «Oranjehotel» (‘L’hôtel Orange’)Arjan de Jager KleinLicence

Procès

En juin 1943 eut lieu un procès contre d’autres membres importants du groupe Boekman devant la cour martiale de la marine à Utrecht. Quatre d’entre eux furent condamnés à mort et exécutés.

Camps de concentration

Après le verdict, Jo et Willy arrivèrent au camp de concentration Bois-le-Duc le 6 octobre 1943, où se trouvaient déjà leurs frères Arie et Rein.

La famille Kloostra et le beau-frère — Arie Kloostra: Camp de concentration de Bois-le-Duc, à partir de septembre 1944-1945

Camp de concentration de Bois-le-Duc, à partir de septembre 1944-1945

Jo fut affecté au le ‘Philips-Kommando’ (‘Commando Philips’). À peu près au même moment, son beau-frère Willy Donderwinkel fut également amené au camp de Bois-le-Duc.

Les trois frères arrivèrent ensuite à Dachau le 24 mai 1944. À l’automne 1944, quatre des frères Kloostra étaient à Dachau en même temps: Arie, Jan, Johan et Rein. Jan partit ensuite pour le sous-camp de Steinhöring. À Steinhöring, il a dû travailler comme chauffagiste à l‘institut Lebensborn. Peu de temps avant la libération, il revint à Dachau.

Entrée au camp de concentration de Dachau

Entrée au camp de concentration de DachauRennett StoweLicence

l'Institut Lebensborn, Außenlager Steinhöring

l’Institut Lebensborn, Außenlager Steinhöring

Peu de temps avant la libération, Arie et son frère Johan furent sélectionnés pour ce qu’on appelait une marche de la mort. Un ancien combattant allemand de la guerre d’Espagne reconnut les deux frères et inscrivit leurs noms sur la liste des “trafiquants du marché noir”. Pour le reste de leur vie, ils eurent le sentiment amer d’avoir survécu au détriment d’ autres prisonniers.

Libération et bus de Dachau

Après la libération, ils aidèrent les Américains à retrouver les officiers SS cachés. Beaucoup de prisonniers libérés purent assez vite regagner leurs pays d’origine, mais pas les néerlandais ; le Néerlandais Hans Teengs Gerritsen, libéré de Dachau, organisa alors un bus de retour et demanda de l’aide pour évacuer les autres Néerlandais de Dachau. Il y avait 18 prisonniers libérées dans le bus, dont Arie et Johan. Dès leur retour, ils purent organiser une évacuation.
Le récit de ce retour fut publié en 1987 [1].

Johan (Jo) Kloostra: Le bus à Dachau

Le bus à Dachau le 17 mai, peu avant son départ pour les Pays-Bas. (Deuxième à droite avec la casquette, Arie; au-dessus de lui à la fenêtre avec casquette et lunettes de soleil, Johan; au premier rang: troisième de droite à gauche Ed Hoornik, puis Hans Teengs Gerritsen, Jaap Mesdag, Carel Steensma. Ainsi que Willem Brugsma, Louis van Dungen, Dirk de Loos, Piet Maliepaard, Freek Niemeijer, Johan Post Uiterweer, Jannes van Raalte, Nico Rost, Frits Steen, Cas Vermeulen, Bram Wolff)

Après la guerre, Jo travailla dans les chauffages et fut promu chef de projet. Il travailla également dans l’entretien de bâtiments gouvernementaux. En raison de problèmes de santé hérités de sa captivité, il prit sa retraite à l’âge de 52 ans. Il était plein d’humour, optimiste et responsable. Il aimait discuter de questions politiques et resta actif au sein du parti communiste. Il eut trois enfants. Son passe-temps était de faire des films et de dessiner. Il adorait ses petits-enfants, qu’il filmait souvent. Ses dessins étaient magnifiques.

Johan (Jo) Kloostra et Leen Leen Triep en 1986 – le premier grand voyage en Espagne

Johan Kloostra et Leen Leen Triep (avec béret) en Espagne, 1986

Johan (Jo) Kloostra et Leen Leen Triep (avec béret) en Espagne, 1986

Johan Kloostra et Leen Leen Triep en Espagne, 1986

Johan (Jo) Kloostra est décédé à Alphen aan den Rijn le 27 octobre 1991.


Note:

[1] Schneider, Jos en Gijs van de Westelaken, De bus uit Dachau (Le bus de Dachau), 1987, ISBN: 9789460038679, deuxième édition2018; ISBN:9789460038303.